Quels sont les inconvénients du congé de reclassement ?

Le congé de reclassement survient lorsqu’une grande entreprise envisage de licencier certains de ses salariés pour des raisons financières. Ce licenciement, non dû au comportement du salarié a néanmoins une incidence sur son statut professionnel. Voici quelques inconvénients associés à ce statut particulier.

La durée du congé est assez longue

La période de congé de reclassement n’est pas fixe. Le minimum est de 4 mois et le maximum est de 12 mois. Toutefois, dans certaines circonstances, le salarié a droit à un congé de reclassement au-delà de 24 mois. Cela est possible si ce dernier décide de suivre une formation de reconversion professionnelle.

Si vous envisagez entamer des démarches de reconversion professionnelle, n’hésitez pas à consulter « Génération Active », un blog dédié aux entreprises. Il vous suffit de voir ce site pour avoir toutes les informations relatives à la formation professionnelle.

En outre, l’employé a 8 jours pour valider son congé de reclassement à compter de la date de l’avis de licenciement. Ce délai est obligatoirement mentionné dans la lettre de licenciement. Par conséquent, si le salarié ne répond pas dans le délai imparti, il sera considéré comme refusant de partir en congé.

Le salaire est considérablement réduit

Pendant le congé de reclassement, la rémunération de l’employé baisse considérablement alors que ce dernier continue de payer ses charges. En fait, le salaire mensuel de l’employé peut être réduit jusqu’à 35 %. C’est valable lorsque la durée du congé de reclassement excède le délai de préavis. À noter que cette indemnité est basée sur le salaire brut moyen des douze derniers mois précédant la note du licenciement.

Par ailleurs, si la période de congé correspond au délai de préavis, l’employeur continuera à verser le salaire habituel de l’employé. De l’autre côté, l’employeur a l’obligation de soumettre des fiches de paie à l’employé sur une base mensuelle. Celle-ci doit préciser le montant et le mode de calcul de la rémunération.

L’impossibilité d’effectuer d’autres travaux

Pendant le congé de reclassement, le salarié ne peut exercer aucune autre activité rémunérée. Cela doit être autorisé par son employeur. C’est principalement pour cette raison que certains travailleurs préfèrent la résiliation pure et simple de leurs contrats. Ceci permet au salarié d’effectuer par la suite une évaluation des compétences. Il peut également mettre en place un projet pour trouver rapidement une nouvelle source de revenus.

Par ailleurs, toutes les actions entreprises par le salarié dans le cadre du congé de reclassement sont financées par l’employeur. Néanmoins, le salarié doit s’engager à mener à bien ces actions. En cas de manquement au devoir, l’employeur peut lui notifier la fin du congé de reclassement.